Pages

dimanche 15 mars 2015

On reparle des grottes du Chaffaud

La Pissarderie y était.
Salle de la mairie de Savigné — Les Amis des grottes du Chaffaud

Le Journal de Civray, 176e année, n°9, du 26 février au 4 mars 2015, p. 5

mardi 17 février 2015

Baptisé sous la chaise ?

Voici une bien drôle d'expression.
Un enfant est inhumé après avoir été "baptisé sous la chaise". A-t'il été baptisé dans l'urgence par la sage femme, dont on note la présence à l'enterrement ?

Poitiers, Sainte-Radégonde,
BMS - 1766-1775, v. 105/140
"Le vingt un [octobre 1772] a eté enterré un enfant baptisé sous la chaise fils légitime de françois decombe et de louise boutineau en presence de la sage femme de philippe rouault et et plusieurs autres."

jeudi 12 février 2015

La vie dans le Civraisien à l'époque de Louis XIV

La Pissarderie y était.
Salle annexe de la mairie de Civray — Les Amis du Pays Civraisien


Rodolphe Tillet a évoqué de manière magistrale la vie sociale, économique et judiciaire sous le règne de Louis XIV, notamment sur la période de la monarchie absolue (1661-1715), traversée par les guerres, les crises économiques, les catastrophes météorologiques (le grand hiver de 1709 par ex.).

dimanche 25 janvier 2015

Les erreurs de lectures sont tenaces

Petite curiosité insolite découverte dans l'un des registres paroissiaux des Sables-d'Olonne (Vendée), paroisse de Notre-Dame (M - 1631-1650, v.196/211).


Comme quoi, les erreurs de lecture sont tenaces, même 140 ans plus tard !

jeudi 8 janvier 2015

Articles 10 et 11


« Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi. » — Article 10, proposé par Louis de Castellane (1758-1837, emprisonné sous la Terreur) et Jean-Baptiste Gobel (1727 - mort guillotiné le 13 avril 1794).

« La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. » — Article 11, proposé par le duc Louis-Alexandre de La Rochefoucauld d’Enville (1743 - tué le 4 septembre 1792 par des volontaires qui faisaient la chasse aux aristocrates)

samedi 3 janvier 2015

Le défi des auberges du Cheval Blanc (2)

Bon, c'est juste un jeu que je vous propose.

Pour continuer sur ma foulée (voir l'article précédent), disons que la sépulture du sieur Jambon me donne une indication bien judicieuse : le patronyme des propriétaires de la dite auberge.
Il s'agit de la famille Mathé, dont le père, originaire de Marsais, vint s'installer dans cette paroisse de la ville de Lusignan, Pranzay, après son mariage avec Marie-Anne Françoise Bénigne Nyvard. Voici une collection d'acte dans lequel le nom de l'auberge apparaît.


Archives en ligne de la Vienne, Pranzay, BMS - 1723-1728, v.78/103
Archives en ligne de la Vienne, Pranzay, BMS - 1723-1728, v.94/103
Archives en ligne de la Vienne, Pranzay, BMS - 1729-1736, v.17/137
Archives en ligne de la Vienne, Pranzay, BMS - 1729-1736, v.40/137
Archives en ligne de la Vienne, Pranzay, BMS - 1729-1736, v.64/137
Archives en ligne de la Vienne, Pranzay, BMS - 1729-1736, v.82/137
Archives en ligne de la Vienne, Pranzay, BMS - 1729-1736, v.97/137
Archives en ligne de la Vienne, Pranzay, BMS - 1729-1736, v.116/137

jeudi 1 janvier 2015

Le défi des auberges du Cheval Blanc

J'avais lu quelque part l'origine de l'expression "auberge du Cheval Blanc", mais je ne la retrouve plus. Si quelqu'un a la réponse, je suis preneur.

En attendant, pourquoi ne pas lancer la collection des "auberges du Cheval Blanc" à travers les registres ?


« Le dix huittieme jour de feuvrier mil sept cent trante cinq a esté baptisé antoine né du mesme jour dans l'oberge du cheval blanc de cette ville, fils de... a esté parrain antoine jambon et marraine jeanne marquet qui ont déclarés ne savoir signer ». Duvivier, vicaire.

Archives en ligne de la Vienne, Pranzay, BMS - 1729-1736, v.113/137
Bon, puisqu'on peut s'amuser, et merci Sophie, je lance le #aubergeschevalblanc. Il suffira d'indiquer la paroisse ou la commune, le département, ainsi que la date de la référence.

Du reste, la curiosité m'a emporté. Ce pauvre garçon, né dans une auberge sans père ni mère, avait pour parrain, le sieur Jambon. Patronyme ironique lorsqu'on regarde l'acte ci-dessous :

« Le dix septiesme jour de may mil sept cent quarante un a esté enteré au cimetiere de pranzay le corps d'antoine jambon domestique a l'auberge du cheval blanc de cette ville agé de quarante ans ou environ en présence de Mdelle Mathé sa maitraisse, de plusieurs autres personnes ». Baumyer, vicaire.

Archives en ligne de la Vienne, Pranzay, BMS - 1739-1742, v.33/52
Ce qui pourrait donner :
ou bien :